Notre méthode

Nos objectifs sont liés à la recherche, à la pédagogie et ont un fort ancrage sociétal participant avec les associations, les victimes et les entreprises à une meilleure compréhension des actions de groupe et collectives. Pour les atteindre, notre démarche est transversale, transfrontière, comparatiste et pédagogique.

Notre démarche recherche théorico-pratique est transversale. Si son point de départ est la recherche juridique, à l’Observatoire nous travaillons en tandem avec les autres disciplines.

L’existence des actions de groupe et collectives est révélatrice d’un conflit de masse face auquel la vision juridique ne peut être cloisonnée. Des études pluridisciplinaires permettent de mettre différentes compétences au profit de l’analyse des données récoltées saisir le litige dans son ensemble.

Ainsi, par exemple, mettant l’intelligence artificielle au service de l’Observatoire, des études quantitatives et qualitatives des décisions de justice permettront de dégager des conclusions de justice prédictive. A l’aide notamment des algorithmes mis en place par des chercheurs en mathématique et informatique, nous cherchons à dresser des perspectives en termes des risques pour les entreprises, ainsi que des opportunités sous-jacentes lorsqu’elle décide d’avoir une démarche proactive et préventive. Le cercle vertueux est dès lors enclenché.

Avec les chercheurs en sciences de gestion et de psychologie sociale, nous nous intéressons à la perception des membres des groupes vis-à-vis des entreprises concernées par des actions, au moteur individuel qui encourage la personne à adhérer à un groupe, à la perception de l’entreprise en cause. Nous nous intéressons aussi au secteur associatif, pour connaître les raisons d’agir en justice et les freins auxquels elles doivent faire face.

Depuis l’angle de l’économie comportementale, la pratique et les textes législatifs français et internationaux sont comparés. Des conclusions liées à l’efficacité des uns par rapport aux autres sont mises en avant (nudges), prenant en compte les diverses cultures et systèmes juridiques.

Plus d’une dizaine de chercheurs des différentes disciplines et différents laboratoires participent aux activités de l’Observatoire.

Grâce aux études menées au sein de l’Observatoire d’Actions de Groupe et d’autres Actions Collectives portant sur les différentes implications entrepreneuriales et sociétales, celui-ci sera en mesure d’être force de proposition et de conseil dans le secteur public et dans le secteur privé.

Notre démarche est transfrontière. Des chercheurs et praticiens de tous les pays, spécialistes dans le domaine des class actions, actions de groupe et collectives, contribuent à diffuser les informations de leurs pays.

Ils contribuent aussi en apportant leurs regards comparatistes des dispositifs adoptés dans d’autres pays.

Ils participent et organisent des événements.

Notre démarche est aussi pédagogique. Développant des méthodes de pédagogie innovante, depuis la création de l’Observatoire, plus d’une vingtaine d’étudiants de la Faculté Jean Monnet, Université Paris-Saclay (M1 et L2), de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (M2 Master Concurrence, Distribution et Consommation) ainsi que de l’IUT de Sceaux travaillent sous la direction de Mme Maria José AZAR-BAUD, dans le cadre des projets tuteurés et de la Clinique Juridique Paris-Saclay. Ils s’occupent, selon leurs compétences, vocation et ambition, du site Internet, de la communication, de l’organisation d’événements, de la recherche, de la conformité des données et du site Internet, des revues de presse. L’Observatoire contribue ainsi à la formation et à la professionnalisation de nos étudiants.